Le Groupe d'Intervention de la Police Nationale (GIPN)

Publié le par A.L

Place au GIPN à présent, unité d'élite dans la Police Nationale.

logo-gipn.jpg


HISTORIQUE


Les Groupes d'intervention de la police nationale, ou GIPN, sont des groupes de policiers d'élite français.

Ils sont formés le 27 octobre 1972, soit deux ans avant le GIGN et treize ans avant le RAID, et sont alors au nombre de 11.

La création des GIPN a été motivée par l'assassinat, en 1972, des athlètes Israéliens pris en otages lors des jeux olympiques de Munich. Le gouvernement français a souhaité se doter d'équipes de police capables d'intervenir dans des situations graves comme les prises d'otages et les attentats notamment. Pour cela, il charge le commissaire divisionnaire Georges N'Guyen Van Loc de créer le premier groupe à Marseille.

En 1985, le nombre de GIPN est de 7. Puis en 1992 et 1993 sont créés les GIPN de la Réunion et de Nouvelle-Calédonie, ce qui amène le nombre de GIPN à 9.

Les GIPN interviennent pour toutes les missions potentiellement dangereuses exigeant un grand professionnalisme, une technicité de très haut niveau et des moyens d'action spécifiques.

Cela comprend les prises d'otages, le délogement de criminels déclarés comme dangereux pour la population, l'assistance aux autres services spécialisés de la police nationale, l'interpellation de terroristes présumés, les sécurisations de procès à hauts risques, les protections de personnalités menacées, etc.

Parfois les hommes des GIPN encadrent et forment leurs homologues étrangers.


RECRUTEMENT
*:
 


Organisées au plan national par la DCSP, les sélections ont lieu environ une fois par an et se déroulent au sein d'une structure DFPN ( ENP Saint-Malo ou Nîmes ) avec le concours d'une équipe de psychologues de cette direction.

Tous les gardiens de la paix et les officiers de la Police Nationale peuvent faire acte de candidature, à condition de répondre aux critères administratifs exigés ( 5 ans d'ancienneté, moins de 35 ans ).

Une cinquantaine de candidats sont présélectionnés et convoqués sur le site choisi où, pendant une première semaine, ils doivent passer une série d'épreuves : tests psychologiques, combat, claustrophobie, vertige, athlétisme, natation etc….

A la fin de cette première semaine, une partie des candidats est éliminée, et les       autres enchaînent sur des tests plus poussés pendant 4 jours supplémentaires.

A l'issue de ces épreuves, une vingtaine de candidats reçoivent l'habilitation GIPN et sont affectés dans les groupes, où leur formation commence.

[* ces sources proviennent du site du ministère de l'intérieur]

Publié dans Les Unités D'élite

Commenter cet article